30 juin 2012

Communiqué pour diffusion immédiate

Affiche réalisée par Julie Bernier

Poursuivant sa plongée dans le répertoire antique (après L’Assemblée des femmes d’Aristophane en 2010 et Antigone de Sophocle en 2011), le Théâtre 100 Masques propose, cet été, une incursion dans la dramaturgie de l’auteur latin Plaute (254-184 av. J.-C.) avec La Marmite (précédé de la cinquième édition du Panégyrique des donateurs).

Isabelle Boivin, photographe: Marianne Saint-Gelais, Le Quotidien

Le vieil avare Euclion, qui se fie à peine à lui-même, a trouvé chez lui, sous terre, une marmite remplie d'or. Il l'enfouit de nouveau profondément, et la garde avec de mortelles inquiétudes ; il en perd l'esprit. Lyconide a ravi l'honneur à la fille de ce vieillard. Sur ces entrefaites, le vieux Mégadore, à qui sa soeur a conseillé de prendre femme, demande en mariage la fille de l'avare. Le vieux hibou a grand'peine à l'accorder. Sa marmite lui cause trop d'alarmes ; il l'emporte de chez lui et la change de cachette plusieurs fois. Il est surpris par l'esclave de ce même Lyconide qui avait déshonoré la jeune fille. L'amant obtient de son oncle Mégadore qu'il renonce en sa faveur à la main de son amante. Ensuite Euclion, qui avait perdu par un vol sa marmite, la recouvre contre tout espoir; dans sa joie, il marie sa fille à Lyconide. (http://remacle.org/bloodwolf/comediens/Plaute/marmite.htm)

L’intrigue de cette pièce donnera sans doute au lecteur une impression de déjà-vu… et pour cause! Ce texte a vraisemblablement servi de matrice à Molière lors de l’écriture de L’Avare, l’une de ses grandes comédies et partage, avec son duplicata, et la forme et le contenu. Par ailleurs, La Marmite renferme tous les éléments constitutifs de la comédie latine - danses, travestissements, musique, chants, jeux de mots, ruses et mensonges – en plus de mettre en scène des personnages rustiques ancêtres de la commedia dell’arte (le vieillard, l’amant, la jeune femme, le valet rusé) dans une confrontation de classes sociales exprimée dans une stupéfiante liberté de ton.

Pour mener à bien ce projet, la compagnie fera appel au talent et à l’ingéniosité d’une jeune metteure en scène, finissante en 2011 du BIA, Élaine Juteau. Entourée d’une équipe de collaborateurs aguerris, elle dirigera les six comédiennes – Isabelle Boivin, Cynthia Bouchard, Valérie Esseiambre, Andrée-Anne Giguère, Émilie Gilbert-Gagnon, Marilyne Renaud - qui se partageront les rôles de la pièce.

Présenté à la salle Murdock du Centre des arts de Chicoutimi
Du 5 au 28 juillet 2012 à 20h (du jeudi au samedi)

Osez le rire antique!

Pour informations supplémentaires ou réservations : 418. 698.3895
ou via la page Facebook de l'événement